15 février 2008

Portrait d'un homme hautain

        Dans un point de vue paru dans le Monde, Erik Orsenna tient à justifier sa démarche de participation à la commission d'Attali, suite aux nombreuses critiques qui viennent de la gauche. Démarche légitime: lorsque l'on agit, tout peut être expliqué; cela n'est pas un problème.

        Ce qui peut poser problème, en revanche, c'est de prendre de haut les personnes qui critiquent, cette attitude chère à Sarko! C'est de dire que, quand on aime son pays, on cherche des solutions; des solutions face à une situation nécessairement catastrophique: le catastrophisme touche à l'émotion, et peut permettre de faire accepter n'importe quoi. Et enfin de se faire passer pour une victime de cette gauche qui n'écouterait rien. La gauche connait un certain nombre de difficultés à avoir un programme d'avenir, mais elle a des propositions, cherche à s'améliorer; être aussi sûr de soi et de son travail, c'est mépriser!

        Mépriser la contradiction, c'est mépriser le débat! Ce qui manque tant dans la France sarkozyste, finalement... Orsenna avait donc toutes les qualités requises pour apporter sa lumière au peuple, qui ne sait forcément pas ce qui est bon pour lui. Orsenna est un réformiste, lui, il veut combattre tous ces archaïsmes dont la gauche serait porteuse. Dans le discours libéral, l'humanisme est un archaïsme!

        Qu'Orsenna assume ses prises de positions, mais qu'il n'en fasse pas l'alpha et l'omega de toute réforme! Qu'il ne soit pas si insultant face à ceux qui défendent une vision différente. Avoir le melon n'est pas signe de sagesse...

Posté par Orberose à 10:39 - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires sur Portrait d'un homme hautain

Nouveau commentaire