19 novembre 2007

Le Conseil constitutionnel ne retoque pas les tests ADN

    Le 15 novembre, le Conseil constitutionnel a rendu sa décision, après avoir été saisie par les parlementaires socialistes, verts, communistes, et par Bayrou, sur la validité des statistiques ethniques et les tests ADN. Si les médias se sont beaucoup focalisés sur les "retrouvailles" de Giscard et de Chirac, c'est sur la décision elle-même qu'il convient de se pencher!

    Car si les statistiques ethniques ont bien été invalidées, ce qui évite de communautariser l'égalité, les tests ADN ont simplement été recadrées! Certes, les tests ADN n'ont plus grand chose à voir avec l'amendement originel de Thierry Mariani: après être passés au Sénat, et suite à la vive opposition à ces tests, ceux-ci avaient été un peu plus encadrés; certes, le Conseil constitutionnel a encore réduit les possibilités d'utilisation de ces tests. Mais il reste cependant que ces tests pourront être utilisés, ce qui stigmatise "l'immigré" comme fraudeur en puissance: quand on veut intégrer, on évite de mettre des barrières supplémentaires, d'autant que franchir le pas de quitter son pays d'origine est déjà un obstacle à surmonter!

    C'est donc cet état d'esprit qui est ainsi validé, c'est-à-dire que l'on ne considère pas l'immigré comme un être humain , mais comme un fauteur de troubles, et plus maintenant, comme une suite de chromosomes, qui seront ainsi fichés. Il y a fort à parier que, l'année prochaine, les quotas d'expulsions augmentant, et la première digue du fichage génétique ayant sauté, le ministère des expulsions écoute la voix de son petit maître pour réclamer encore plus de dureté dans les conditions d'immigration et que, à l'abri d'une mesure qui fera onde de choc, les tests ADN soient étendus...

Posté par Orberose à 12:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur Le Conseil constitutionnel ne retoque pas les tests ADN

Nouveau commentaire